11 janv. 2016

5 avantages à cuisiner


Pour moi, cuisiner, préparer les repas est une évidence: c'est sans doute une manière de transmettre mon amour aux gens qui m'entourent. Et puis, j'ai eu la chance d'avoir une grand-mère fantastique qui m'a transmis son savoir et son savoir-faire en la matière (entre autres choses...).

C'est certain, préparer soi-même les repas demande un peu plus de temps que d'ouvrir un plat cuisiné acheté à l'épicerie et de le mettre au four. Mais cuisiner est tellement plus avantageux, à bien des égards!

  • Garder le contrôle de ce qu'on met dans les plats: naturellement, en cuisinant souvent des produits frais ou surgelés « bruts », les additifs et conservateurs se retrouvent moins fréquemment dans mon assiette. Un bon point lorsqu’on sait que certains additifs alimentaires sont responsables de maladies auto-immunes. Quant aux matières grasses, sel, épices… je les utilise selon mes goûts et mes envies.
  • Faire plaisir aux gourmands: n’avez-vous jamais remarqué comme vos invités sont ravis lorsqu’ils savent que le repas qu’ils dégustent a été préparé par vos soins? Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si une célèbre publicité des années 80 (là, vous voyez que je ne fais pas partie des Millénium…) a vanté les gâteaux de la marque Délifrance par un « C’est moi qui l’ai fait! » pour montrer qu’ils étaient aussi bon que « du fait maison ».
  • Faire des économiescuisiner ses petits plats revient moins cher que d’aller au restaurant ou d’acheter des plats à emporter… Pensez aux restes que vous pouvez utiliser pour la boîte à lunch des enfants ou que vous pouvez déguster un autre soir de la semaine… Et plus vous cuisinez des produits non transformés, plus vous faites des économies: consultez la démonstration du Nutritionniste urbain!
  • Adapter les plats à ses enviesenvie de goûter cette sauce bolognaise avec des olives? Envie d’ajouter des herbes de Provence sur les côtes de porc? Envie de remplacer le poulet par du tofu? Mes choix sont limités aux seuls ingrédients que j’ai dans le placard ou dans le frigo.
  • Enrichir nos enfants: le mimétisme est extrêmement puissant. En vous regardant cuisiner, voire mieux, en cuisinant avec vous, vos enfants expérimentent sans même s’en rendre compte une multitude de choses qui vont bien au-delà de savoir comment faire cuire des pâtes ou éplucher des carottes: l’organisation, l’autonomie, la créativité, la spontanéité… et c’est sans compter les fabuleux moments de partage que vous vivez à ce moment-là ensemble…

Astuces pour contrer les réticences

« Oui, mais… je suis seul(e) ». La plupart des recettes sont données pour 4 personnes. Ça signifie donc que vous avez 3 portions supplémentaires que vous pouvez utiliser comme bon vous semble: congeler, pour un autre repas sur le pouce; glisser dans votre boîte à lunch; offrir à votre voisin...

« Oui, mais… je manque de temps ». Un seul remède : l’organisation! Ce simple mot vous donne des boutons parce que justement, vous êtes déjà un pro de l’organisation… de vos réunions de travail, des activités parascolaires des enfants, des fins de semaine en famille…? Remplacez-le par ANTICIPATION. C’est en anticipant vos repas que vous gagnerez un temps fou.

« Oui, mais… je ne sais pas faire, je n’ai pas appris ». Qui a dit qu’il y avait un âge pour apprendre? On passe notre vie à apprendre… heureusement d’ailleurs! Plusieurs organismes offrent des cours au grand public, parents et enfants (L’Académie culinaire, La Guilde culinaire, Ateliers et saveurs à Montréal et à Québec). Profitez aussi des temps de cuisine offerts dans les Cuisines collectives
Et puis, avant de viser la préparation d’un repas gastronomique et de copier les grands chefs, commencez par des plats du quotidien, simples et faciles à réaliser, comme j’en propose ici ou que vous pouvez facilement trouver sur d’autres sites.

« Oui, mais… ça fait plein de vaisselle ». Pas si sûre… plus vous cuisinerez, plus vous vous rendrez compte que certains ustensiles peuvent être utilisés plusieurs fois, sans altérer la qualité des plats, avant d’être lavés. Il suffit bien souvent de réfléchir aux étapes. Prenez l’exemple du robot ménager :  vous pouvez râper vos carottes, puis hacher un oignon, sans être obligé de laver le bol entre les deux. Utilisez une spatule maryse en silicone pour faire disparaître les morceaux de carottes avant de placer le couteau et le tour est joué! Vous aurez compris que l’ordre inverse n’est pas recommandé… à moins que vous n’appréciiez les carottes râpées parfumées à l’oignon. Pas convaincu? Testez nos recettes : toutes les explications sont données dans un ordre vous permettant d’être pleinement efficace. Lorsque vous aurez un peu de pratique, vous verrez que vous trouverez vous-mêmes les astuces.

« Oui, mais… je n’ai pas d’idées ». Magazines, émissions de télé, sites internet… la cuisine est partout! Explorez ces mines d’or et sélectionnez les ressources qui vous plaisent le plus. Vous pouvez commencer par nos idées recettes.

« Oui, mais… je n’aime pas faire l’épicerie ». Vous passez sans doute en coup de vent pour n’acheter que ce que vous avez besoin… et ces « coups de vent » doivent se répéter plusieurs fois dans la semaine. Dressez une liste de ce dont vous avez besoin (ce qui implique que vous avez anticipé les prochains repas: pour vous aider, remplissez le Semainier gourmand), réservez-vous 30 minutes pour acheter ce qu’il vous faut… et profitez du reste du temps pour faire ce que vous avez réellement envie de faire. Autre option: faites votre épicerie en ligne. Avec IGA, il est maintenant possible de faire son épicerie en restant tranquillement dans son salon... tentant, non?


Participez à la conversation
Vous cuisinez? Pourquoi? Qu’est-ce que cela vous apporte?Vous ne cuisinez pas souvent ou pas du tout? Qu’est-ce qui vous en empêche?Partagez vos avis et pistes de solution.









Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...